Groupimo Syndic vous propose une analyse des chiffres de la copropriété en Martinique.

Basé sur une première base 2018 de ses clients, nous avons voulu pour cette première infographie de syndic d’immeubles en copropriété en Martinique, travaillez sur un aspect important du fonctionnement, les impayés en matière de charges de copropriété.

Les copropriétés en Martinique

Tout d’abord, le Budget annuel moyen des immeubles est de 35000 euros, nous y reviendrons lors d’une prochaine publication pour présenter les dépenses moyennes et analyser par rapport aux nombres de copropriétaires.

Rappelons que le législateur a prévu que les charges doivent être payées dès le premier jour du trimestre.

Ensuite, nous retrouvons un montant moyen de Copropriétaires débiteurs de 19000 euros soit plus de la moitié du budget annuel !

Cela signifie, si tous les autres copropriétaires payaient leurs charges le premier jour du trimestre, qu’il faudrait tout de même une avance de trésorerie de 6 mois et demi. Cela est loin d’être le cas puisque la moyenne des avances de trésorerie est de 4500 euros par copropriété, soit à peine 12.85% du budget annuel, alors qu’il en faudrait 54.28% (19.000 dans notre cas moyen)

La loi plafonne l’avance de trésorerie à 2/12èmes du budget annuel (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F896), soit 7000 euros dans notre exemple. La moyenne de l’avance de trésorerie sur nos immeubles est de 6000 euros.

A défaut d’avoir une avance de trésorerie suffisante, et pour que la copropriété ne soit pas en état de cessation de paiement, il est nécessaire de faire voter un fonds de procédure.

Groupimo Syndic a mis en place en exclusivité, lors de chaque assemblée générale, le Bilan de Santé Financière de la Copropriété (BSFC) pour permettre à chaque copropriété de savoir où elle se situe et les préconisations à mettre en œuvre (https://wiki.groupimo.fr/process/copropriete/25-05-08-verifier-et-arreter-les-comptes-annuels#la-presentation-des-comptes-a-l-assemblee-generale)

Autre enseignement, un montant moyen dû aux fournisseurs de 9771 euros (« factures à payer ») ce qui peut générer des tensions inutiles avec les prestataires du fait de l’impossibilité de régler rapidement leurs factures.

Enfin, on apprend que les budgets sont plutôt bien calculés avec des régularisations annuelles moyennes de -2700 sur 35000 soit moins de 7.8% des budgets. Il s’agit ici de la différence entre les montants des budgets votés par les assemblées, appelés aux copropriétaires, et des dépenses réelles des copropriétés.

Pour recevoir nos prochaines publications, abonnez vous.

Partager: